Les essais d'Arnaud Vincent : Aprilia RSV4 Factory APRC 1012

Par Pauline Rachwal - le Samedi 28 juillet 2012 | réagir ?


Arnaud Vincent, champion du monde Moto GP 125 cm3, a accepté de se prêter au jeu de l’essayeur pour nous. Chaque mois, nous lui soumettrons une sportive du marché actuel. Aucune préparation de piste, du full stock ! Lâché sur le circuit de la Ferté-Gaucher, Arnaud poussera à bout des machines que vous pouvez croiser tous les jours dans la rue.

Le plus difficile quand on est essayeur, c’est de prendre une moto comme la RSV4 et de l’exploiter au mieux pour offrir le meilleur à vous, lecteurs. Et quoi de plus logique pour une hypersport, d’un, de la mettre sur un circuit, de deux, la débrider pour la laisser s’exprimer (foutue France !) et en trois de trouver LE pilote qui saura la faire chanter dans la bonne tonalité. Il était donc normal pour nous d'aller chercher un des meilleurs pilotes Français pour relever ce défi.

Pour ce premier numéro c’est du 180 chevaux, 184 kilos et un couple de 115 Nm à 10 000tr/min et une belle gueule d'italienne qui en a fait fondre plus d’un à la rédaction. Je veux bien sûr parler de l’Aprilia RSV4 et version Factory s’il vous plaît !

Arnaud Vincent en quelques mots

Né le 30 novembre 1974 à Laxou, il commence sa carrière avec du motocross et de la course de côte. Mais il sera connu du grand public en compétition de vitesse. D’abord ses titres de champion de France 125 cm3 en 1997 et de champion d’Europe la même année. Il ramènera à la France en 2002 le titre de Champion du Monde Moto GP 125 cm3 (5 victoires et 10 podiums). Il poursuit ensuite sa carrière dans le Moto GP en catégorie 250 cm3 jusqu’en 2006. Par la suite, il effectue de nouvelles courses en Supersport et en championnat de France.

Aprilia RSV4 Factory APRC

Coup de cœur de la rédaction autant sur le plan esthétique que sur le plan technique, il fallait que nous en ayons le cœur net et savoir si sa réputation était surfaite. Mettre cette hypersport entre les mains d’un pilote professionnel était le meilleur moyen pour nous de savoir si la RSV4 Factory peut donner le meilleur à la conduite la plus exigeante. Car l’Aprilia, surtout dans sa version Factory, se veut en premier lieu à destination du circuit (quoique à en juger par notre pilote maison, elle se voudrait docile pour une conduite de tous les jours). Et pour ce faire la marque a souhaité faciliter la vie du pilote et proposer le maximum de configurations possibles sans avoir besoin de changer quoique ce soit comme pièces.

3 petits tours et puis s’en va.

Côté partie cycle, tout à été fait pour alléger la moto et optimiser les réglages au besoin. Jantes et carters en magnésium, des touches de carbone, des petits détails qui font tout de même gagner 7 kilos à la Factory par rapport à la version R. Sur l’optimisation de la partie cycle, Aprilia a mis en place ce qu’ils appellent le « setting châssis ». Cela permet d’effectuer des réglages qui demanderaient à la base de lourdes interventions comme choisir la hauteur du moteur dans le cadre, modifier l’angle de chasse des fourches avant ou encore régler la hauteur du bras oscillant. Inutile aussi de rappeler les possibilités quant aux réglages des suspensions Olhins et de l'amortisseur de direction de la même marque. Seule la position du pilote ne peut être ajustée ou il faudra encore passer par les modifications traditionnelles (comme la hauteur des platines).

APRC : Aprilia Performance Ride Control

C’est ce que l’on pourrait dire le cœur de cette moto. D’ailleurs Aprilia en est plutôt fière. Ce système de contrôle permet au pilote d’optimiser la puissance en sécurité. Idéal quand on n'est qu’amateur en circuit. Il est composé de 4 contrôles : ATC, AWC, ALC et AQS. Toutes les informations du boîtier remontent en temps réel grâce à l'affichage sur le tableau de bord. Les réglages se font à la gâchette au guidon à n’importe quel moment.

 ATC : Aprilia TRACTION CONTROL :

Il évite que la roue arrière ne patine. Réglable sur 8 niveaux de sensibilité et également déconnectable. Le niveau 1,2 et 3 sont faits pour une utilisation piste. Les intermédiaires sont faits pour une conduite sur revêtements dégradés par exemple et les derniers niveaux permettent de corriger les pertes d’adhérence sur sol mouillé.

 AWC : Aprilia WHEELIE CONTROL

Comme son nom indique, il évite à la moto de se cabrer lors de fortes accélérations. Tout comme l’ATC, il se règle ou s’enlève. Ce sont les capteurs qui se trouvent sur l’ensemble de la moto qui transfèrent l’information que la moto se soulève. Cela aura pour effet un régime moteur régulé pour la faire replaquer.

 ALC : Aprilia LAUNCH CONTROL

Sur circuit, le départ est tout aussi important que le chrono lui-même. L’ALC est présent pour gérer la maîtrise de l’accélération de départ. Il gère la délivrance de puissance à la roue arrière pour éviter les désagréments au départ.

  AQS : Aprilia QUICK SHIFT

Surement le mode le plus intéressant pour les pistards (et probablement le seul que les compétiteurs ne désactiveront pas). L’AQS permet de passer les vitesses à la volée sans couper les gazs et sans prendre le risque de faire des ratés. Il se déclenche lorsque le régime moteur est assez haut.

Et indépendamment du système de contrôle de traction vous pouvez retrouver 3 modes de cartographie pour s’adapter aux besoins du quotidien : Track, Sport et Road.

L'essai d'Arnaud Vincent de l'Aprilia RSV4 Factory APRC :

L'avis complet d'Arnaud Vincent :

Le tour chrono d'Arnaud Vincent :

 Tour 1 : 2.00.1 min
 Tour 2 : 1.55.1 min
 Tour 3 : 1.55.3 min

Fiche Technique RSV4 Factory APRC:

 Moteur : 4 cylindres en V longitudinal à 65°, quatre temps
 Cylindrée : 999,6 cm3
 Alésage / Course : 78 mm / 52,3 mm
 Puissance : 105,4 ch à 12 500 tr/min (180 ch en version libre)
 Couple : 96 Nm à 7 700 tr/min (115 Nm à 10 000 tr/min en version libre)
 Distribution : Double arbre à cames en tête (DOHC) - quatre soupapes par cylindre
 Alimentation : Boite à air avec prises d’air dynamiques frontales. Cornets d’admission à hauteur variable contrôlés par centrale électronique. 4 corps papillon Weber-Marelli de 48 mm à 8 injecteurs. Injection - Ride By Wire
 Cartographies « Tri-Map »: Track, Sport et Road
 Gestion de la traction : Système APRC (Aprilia Performance Ride Control) comprenant : Contrôle de la traction (ATC), contrôle anti-wheeling (AWC), contrôle de départ (ALC), réglables et déconnectables indépendamment.
 Refroidissement :Liquide
 Lubrification : Carter humide
 Démarrage : Electrique
 Boîte de vitesses : 6 rapports - Aprilia Quick Shift (AQS)
 Embrayage : Multi disques en bain d’huile avec commande hydraulique
 Cadre : Cadre en aluminium à double poutre - Réglable
 Amortisseur de direction Öhlins
 Suspension avant : Fourche inversée Öhlins Ø 43 mm, Réglable en pré-charge, détente et compression. Débattement: 120 mm
 Suspension arrière : Amortisseur Öhlins avec Piggy Back. Réglable en pré-charge, longueur d’entraxe, compression et détente. - Débattement: 130 mm
 Freinage avant : Double disque flottant pétale Ø 320 mm. Etriers 4 pistons Brembo à fixation radiale. Durites aviation (en métal tressé)
 Freinage arrière : Disque flottant Ø 220 mm - Etrier Brembo 2 pistons
 Pneu avant : Tubeless 120 / 70 ZR 17 ’’
 Pneu arrière : Tubeless 200 / 55 ZR 17’’
 Longueur - Largeur : 2 040 mm x 735 mm
 Empattement : 1 420 mm
 Poids: 179 Kg
 Réservoir :17 litres

Prix :

 Aprilia RSV4 R : 14 999 euros
 Aprilia RSV4 Factory : 18 999 euros

REMERCIEMENTS

Nos plus vifs remerciements au circuit de la Ferté Gaucher qui une fois de plus nous a accueillis chaleureusement.

Le circuit de la Ferté Gaucher situé en Seine-et-Marne près de Paris vous propose de multiples animations dans un environnement privilégié dont des stages de pilotage.

Tel : 01 64 65 92 12 . http://www.circuitslfg.fr/





. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  •  Sur le même
    thème
     
  •  Tags associés 
Aprilia - RSV4 APRC: Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'APRC sans jamais oser le demander en vidéo
L'aube des motos à haute valeur technologique s'est levée et au firmament de ces nouveaux cieux, Aprilia veut y briller …
Les essais d'Arnaud Vincent : Suzuki GSX-R 750 2014
Nouvelle saison, nouvelles motos, mais toujours le même pilote. Les beaux jours sont de retour et pour fêter cela …
Les essais d'Arnaud Vincent : Mv Agusta F3 675 [+vidéo]
Nouvelle saison, nouvelles motos, mais toujours le même pilote. Les beaux jours sont de retour et pour fêter cela …
Les essais d'Arnaud Vincent : Kawasaki ZX-10R 2013 [+ vidéo]
Arnaud Vincent, champion du monde Moto GP 125 cm3, a accepté de se prêter au jeu de l’essayeur pour nous. Chaque mois, …

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



 COMMENTAIRES :

RÉAGIR :

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Recopier le code ci dessous dans la zone de saisie



A la une : Articles les plus commentés

Moto GP – Grand Prix d'Australie J.3 : Valentino Rossi remporte sa seconde victoire de l'année

Par André Lecondé  le Dimanche 19 octobre 2014 | 16 commentaire(s)

Il l'espérait mais il se doutait bien que ce ne sera pas facile de l'accrocher cette victoire en Australie après des qualifications pour le moins timides. Et pourtant, neuf ans après son dernier succès sur le tracé de Phillip Island, Valentino Rossi, pour son 250ème départ, a remis son nom au palmarès de ce Grand Prix qui n'a pas été tendre avec ses protagonistes ni avec les pneus. La réalisation n'en est que plus belle et c'est la seconde de l'année pour le « Doctor ». Parti le couteau entre… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Nouveauté - Yamaha: une idée précise de la nouvelle TDM !
Tags : Yamaha | Roadster | TDM | 900 cm3

Par André Lecondé  le Vendredi 17 octobre 2014 | 2 commentaire(s)

Les choses bougent chez Yamaha en ce moment propice à la veillée d'armes du salon de Milan. La R3 est envoyée au front, le feuilleton de la nouvelle R1 s'égraine avec de vrais morceaux de Valentino dedans. Mais il arrive aussi que des photos s'envolent dans ce tourbillon effréné. Et que l'on découvre ça sur la toile. Soit une moto qui ressemble beaucoup à ce que pourrait être la nouvelle TDM. La base est la MT-09 et suivant les latitudes, on l'appelle FZ-09 ou FJ-09. Mais le résultat est là :… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Essai Honda NM4 Vultus : la Batmob

Par Christophe de Lestapis  le Jeudi 16 octobre 2014 | 1 commentaire(s)

C'est à l'occasion de la présentation des nouvelles CB650F et VFR 800 2014 que Honda nous avait fait la surprise de nous dévoiler l'extravagante NM4 Vultus. Immédiatement qualifiée d'extraterrestre stylistique à deux roues, l’exercice d'avant garde nous avait laissé perplexes. Passé ces premiers a priori, il fallait toutefois concéder qu’avec des nouveautés pareilles, face au conservatisme qui est naturellement le notre, on se devait de digérer quelque peu l'affaire. A l’inverse, il était aisé … | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Nouveauté - Yamaha: la YZF R3 veut croquer la Ninja 300

Par André Lecondé  le Jeudi 16 octobre 2014 | 1 commentaire(s)

Les sportives à cylindrée modeste mais aux hautes ambitions ont fait florès ces dernières saisons. KTM avait compris la tendance et Kawasaki a su lui offrir sa référence sportive avec une Ninja 300 qui a rejeté d'un coup d'un seul les quart de litre Yamaha et Honda avec un guidon bracelet au musée. Il lui a fallu du temps, mais l'emblème aux trois diapasons a fini par réagir. Voici la R3, qui sera disponible dès avril 2015 en robe « Race Blu » ou noire. Cette dernière pour porter le deuil de la … | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

AGV analyse la chute de Rossi à Aragon

Par Alexandre Hubner-Loriol   le Vendredi 17 octobre 2014 | 1 commentaire(s)

28 septembre 2014, Aragon, Rossi chute à près de 98,5 km. Cet High Side sera l’occasion pour AGV d’analyser le Pista GP du nonuple champion du monde. Le département R&D du fabricant transalpin décortique les chutes de ses pilotes sous contrat. Aujourd’hui c’est le couvre-chef du numéro 46 qui est passé sous la loupe. Aucun dommage structurel majeur n’a été recensé autrement dit l’intégral a fait son boulot, absorbant comme il se doit l’énergie résultant de l’impact. Le premier contact avec le … | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .









Suivez Caradisiac
Caradisiac sur Facebook Caradisiac sur Twitter Caradisiac sur Google+ Abonnement aux flux RSS


«  Octobre  2014 
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

Marques

[ + de marques ]

Catégorie

[ + de catégories ]

Cylindrée

[ + de cylindrées ]

Thèmes

[ + de thématiques ]

Loisirs

[ + de loisirs ]

Modèles

[ + de modèles ]

Accessoires

[ + d'accessoires ]

Sport moto

[ + de sport moto ]


Services
Assurance motoCrédit Moto

Vente Moto
Vente Moto