Essai HJC R-Pha Max: moins bien que son frère

Par Alexandre Hubner-Loriol - le Jeudi 14 juin 2012 | réagir ?


Essai HJC R-Pha Max: moins bien que son frère
 

1. Essai HJC R-Pha Max: peut mieux faire...

Modulable sportif, le R-Pha Max propose des caractéristiques techniques proches d’un intégral sportif tout en donnant la possibilité à son utilisateur d’ouvrir la mentonnière au feu rouge… Pour savoir si HJC tient ses promesses, nous l’avons mis à l’épreuve durant 7 mois. Voici nos conclusions.

Séduit par l’intégral dont il est issu (pour retrouver l’essai du R-Pha 10, c’est ici), nous retrouvons nombre de points communs. Outre le design général qui n’est pas sans rappeler son grand frère, le heaume aujourd’hui en test en reprend la philosophie.

Stylé, le coréen se veut certes sportif mais n’oublie pas pour autant son essence routière indissociable des modulables. Nous retrouvons donc un double écran solaire à double hauteur, un pinlock de série, un traitement anti-UV ainsi qu’une boucle de jugulaire de type micrométrique et toute la panoplie des déflecteurs (nez et cou) visant à augmenter le confort général tant en ville que lors des longues balades.

MONOCHROME

De manière générale la finition proposée est très correcte avec un assemblage soigneux et une bonne implantation des différentes prises d’air et autre spoiler arrière.

On regrettera encore les uniques décos unies présentes au catalogue comme c’est très (trop) souvent le cas chez HJC lors des sorties des nouveautés. Bref le casque se veut agréable à l’œil avec son petit côté racing généralement absent des modulables.

Si la peinture blanche, limite nacrée, de notre couvre-chef d’essai nous a convaincu dans sa durée de vie ce ne sera pas le cas du logo collé sur le front qui n’a hélas pas résisté aux mois de roulage… tant pis !

La confiance en l’avenir du casque n’en est pas pour autant entachée puisqu’il peut compter sur des ergots internes en charge de maintenir la garniture tout à fait correcte. Nous recommanderons cependant pour rouler l’esprit tranquille quelques gouttes de silicone liquide au niveau du mécanisme de l’écran (kit platine) limitant le grincement très, mais alors TRÈS désagréable !!

UNE GARNITURE PLUTÔT FERME

Sans pourtant être désagréable au touché, la garniture interne s’avère compacte, augmentant ainsi l’excellent maintien général donnant plus l’impression d’avoir chaussé un intégral racing qu’un modulable… normal me direz-vous, c’est l’idée globale du R-Pha Max.

Facile à mettre en place il pourra compter sur un dégagement correct au niveau des oreilles (avec emplacement prévu pour recevoir un kit de communication) qui mettra immédiatement à l’aise le motard, qu’il porte des lunettes ou non. Moins agréable, l’implantation de la jugulaire serait perfectible en fonction des morphologies et notamment un contact pas toujours agréable avec la pomme d’Adam.

N’hésitez donc pas à clipser la boucle micrométrique avant l’achat, ça limitera les mauvaises surprises. Quoiqu’il en soit, une fois le casque vissé sur la tête on appréciera son poids maitrisé (pour un modulable avec 1 488 grammes vérifiés pour une taille S) et bien réparti. Après verrouillage de la mentonnière (le casque n’a pas l'homologation jet interdisant donc les roulages ouverts... ) qui se traduira par une augmentation du maintien au niveau de la mâchoire, l’essai proprement dit peut débuter.

DU TRÈS BON, DU BON, DU MOINS BON MAIS AUSSI DU MAUVAIS

Intuitif, facile et pratique… les qualificatifs concernant le bouton d’ouverture de la mentonnière ne manquent pas.

Parmi les meilleurs, pour ne pas dire le meilleur qu’il m’a été donné d’essayer, il joue parfaitement son rôle ce qui n’est hélas pas le cas du curseur en charge d’actionner l’écran solaire. Implanté trop loin à l’arrière du casque il ne se montre absolument pas pratique à l’usage (c’était déjà le cas sur le FS-11 essayé ici dans nos colonnes) à la différence du bouton automatique permettant à la protection solaire de se rétracter.

Dommage, d’autant plus que les différents niveaux (+/ - plongeant) proposés sont plutôt bien faits et suffisamment couvrants.

Si le champ de vision latéral est bien ouvert on regrettera encore un regard qui a tendance à accrocher la partie supérieure à l’image de l’intégral, donnant l’impression que HJC reproduit indéfiniment les erreurs du passé… Pour preuve encore un écran solaire qui s’embue immédiatement dés pied à terre, ce qui n’est heureusement pas le cas du système Pinlock efficace et suffisamment couvrant pour se faire oublier.

On sera enfin déçu par un tourbillon d’air infernal interdisant purement et simplement de rouler écran principal ouvert et solaire baissé sous peine de conjonctivite fulgurante… Autre point perfectible, une étanchéité de joint d’écran qui permettra à l’eau de s’infiltrer lors des longs roulages pluvieux.

Si HJC a pensé à équiper sa nouveauté d’un système anti-bruit ce dernier n’est pas des plus efficaces avec un bourdonnement sourd, tant présent que fatigant. Pourtant le casque a de vrais points forts à son actif comme une ventilation supérieure très efficace et facilement manipulable, une neutralité lors des mouvements latéraux ainsi qu’une parfaite tenue et stabilité en ligne droite…

VERDICT

Réellement performant sur certains points comme le maintien, la tenue de cap, l’équilibre général et le système d’ouverture de la mentonnière, le R-Pha Max ne fait hélas pas table rase des erreurs du passé et retombe dans les mêmes pièges.

Capable du meilleur mais pas seulement avec des tourbillons d’air interne, une étanchéité perfectible, un curseur d’écran solaire implanté trop beaucoup trop loin et un bruit trop présent pour un casque routier… le modulable est loin de pouvoir rivaliser avec son ainé R-Pha 10, plus abouti et au combien plus séduisant.

En voulant proposer un modulable à caractère sportif, le numéro 1 des casques n’a pas su aller au bout des choses et propose hélas un produit mi-figue mi-raisin qui laisse quelque peu sur sa faim…





 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  •  Sur le même
    thème
     
  •  Tags associés 
Sécurité routière : 800 radars moins bien signalés pour 2012... et toujours les deux-roues en ligne de mire
C’est l’annonce qui est tombée au comité interministériel de la sécurité routière (CISR) réuni à Matignon ce matin même.…
Sécurité routière : les radars flashent de moins en moins
Et oui, après une période de travail intensif pour nos boîtes grises depuis plus de 5 ans, elles commencent à avoir un…
Ethylotests : de moins en moins fiable
Nos confrères de chez 60 millions de consommateurs ont sorti un bilan effarant sur les fameux Ethylotests. Vous savez…
Scooter Suzuki 125 Burgman : petit frère
Les Majesty Yamaha et autres Piaggio X9 n'ont qu'à bien se tenir. Le scooter fétiche de Suzuki reprend les mêmes…

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



 COMMENTAIRES :

RÉAGIR :

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Recopier le code ci dessous dans la zone de saisie



A la une : Articles les plus commentés

MotoGP - Rossi vs Lorenzo : un trône pour deux chez Yamaha

Par André Lecondé  le Samedi 22 août 2015 | 6 commentaire(s)

Brno aura donc lancé une nouvelle saison dans ce MotoGP version 2015 qui reste sous l’emprise des deux pilotes officiels Yamaha. Un duel qui se déroulera sous le regard d’un troisième larron revenu en pleine forme et qui n’attend qu’une erreur du duo officiel d’Iwata pour tirer les marrons du feu. Marc Márquez n’espère qu’un incident à la Teuchert-Kellner du temps de la Supersport version 2000. Deux équipiers sur des R6 frappées des trois diapasons qui s’étaient éliminés dans un duel fratricide.… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

MotoGP - Vidéo: un film pour la rentrée à ne pas rater !

Par André Lecondé  le Vendredi 21 août 2015 | 1 commentaire(s)

Attention chaud devant ! Le dernier opus de Mark Neale est en approche et il devrait être digne d’une série commencée dès 2003 avec Faster. Puis The Doctor, the Tornado and the Kentucky kid a suivi précédant Fastest et Charge. Autant dire que l’homme sait faire partager son amour de la compétition moto sur la piste. Il est dans les petits papiers des stars des Grands Prix. Et c’est à nouveau tout à leur honneur que nous arrive Hitting the Apex. Littéralement cela veut dire toucher le vibreur,… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Ixon Sawyer: la version Stonewash
Tags : Equipement | Pantalon | Ixon

Par Alexandre Hubner-Loriol   le Lundi 24 août 2015 | réagir ?

Ixon complète son offre sur son jean Sawyer avec un nouveau coloris : le Stonewash. Pour passer le plus inaperçu possible Ixon affiche un nouveau coloris à son jean Sawyer. Après la version en bleu et celle en noir le fabricant français propose aux motards un coloris Stonewash. Réussie cette nouvelle version reprend les caractéristiques techniques que l’on connaît déjà à savoir des renforts en aramide, des coques aux genoux homologuées et une longueur ajustable. Réalisé entièrement en coton… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vidéo moto : la nouvelle gamme Harley Davidson

Par Pauline Rachwal  le Mercredi 26 août 2015 | réagir ?

Pour 2016, Harley Davidson donne le ton : ça sera une année full « Badass ». La refonte de l’Iron, de la Forty-Eight et l’apparition de la Série S font apparaître des coloris travaillés sur des tons foncés. Les touches chromées (qui sont légion depuis des dizaines d’années) disparaissent autant sur les blocs moteurs que sur les lignes d’échappements au profit de noir mat. Les puristes risquent de ne pas aimer, mais la nouvelle génération de motards aime déjà. Il suffit de regarder la seconde… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Disparition de Guy Ligier.

Par Jean Jacques Cholot  le Lundi 24 août 2015 | réagir ?

Guy Ligier est décédé hier à l'age de 85 ans. Connu principalement pour son investissement dans le monde de la compétition automobile (comme pilote mais aussi en tant que patron d'écurie), et dans l'industrie avec la fabrication de voitures sans permis, l'homme s'est également illustré sur deux roue, avec pour commencer un titre de Champion de France Inter catégorie 500cc en 1959. Né le 12 Juillet 1930 à Vichy, il débute a carrière sportive en pratiquant l'aviron. En 1947, il devient Champion… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .






Suivez Caradisiac
Caradisiac sur Facebook Caradisiac sur Twitter Caradisiac sur Google+ Abonnement aux flux RSS

Vos commentaires

«  Août  2015 
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31

Marques

[ + de marques ]

Catégorie

[ + de catégories ]

Cylindrée

[ + de cylindrées ]

Thèmes

[ + de thématiques ]

Loisirs

[ + de loisirs ]

Modèles

[ + de modèles ]

Accessoires

[ + d'accessoires ]

Sport moto

[ + de sport moto ]


Services
Assurance motoCrédit Moto

Vente Moto
Vente Moto