Essai Dunlop RoadSmart 2: compétiteur né

Par Alexandre Hubner-Loriol - le Vendredi 07 octobre 2011 | 1 commentaire(s)


Essai Dunlop RoadSmart 2: compétiteur né
 

1. Essai Dunlop RoadSmart 2: tout en homogénéité

Lancé en 2007, le plus vieux pneu de la gamme Dunlop, le RoadSmart, est aujourd’hui remanié. Nous avons pu tester la nouvelle génération de ce pneu sport/touring sur piste et sur route, voici nos premières conclusions.

C’est sur son centre d’essai privé de Mireval que Dunlop nous convie pour une valse à deux temps. La première mesure sera plutôt technique tandis que la seconde s’axera sur le côté ludique du pneu.

Il aura fallu 22 mois, 523 000 kilomètres en labo et quelques 148 500 bornes sur route et piste (toutes deux sèches et/ou mouillées) à Dunlop pour valider le second opus d’un pneu champion des comparos.

Riche d’une gamme jeune, le britanno-ricain se devait cependant d’imposer son empreinte en dégainant un nouveau produit dans le segment très disputé des gommards sport/touring, largement plébiscités par la clientèle actuelle (+52% depuis 2002).

En ligne de mire le Bridgestone BT-023, le Michelin Pilot Road 3 (pour retrouver son essai, c’est ici->) ou encore le Pirelli Angel ST (le sien, c’est ici), les ingénieurs Dunlop n’ont pas froid aux pneus et proposent même un test comparatif de leur RS 2…

SUR LES BANCS D’ÉCOLE

Avant de faire quelques ronds chaussés de la nouveauté, faisons mieux connaissance avec cette seconde version de RoadSmart.

Pour ne pas être assommé par des détails techniques, certes importants mais quelque peu soporifiques, voici ce qu’il ne faut pas manquer. En premier lieu l’enveloppe seconde génération a droit à une construction JBL (comprenez Jointless Belt) faisant appel à des fils d’acier de densité différente entre les pneus avant et arrière, promettant un bon maintien de la rigidité latérale (pour moins de louvoiement à haute vitesse), une intégrité des rainures sans altérer la qualité de conduite et une amélioration du kilométrage d’environ 25% par rapport à son prédécesseur (information relative en fonction de la route, du style de conduite, de la moto… et j’en passe).

« Avec sa conception de carcasse il fait évoluer les qualités qui ont fait le succès du RoadSmart et s’impose comme la nouvelle référence en matière de stabilité et de performance, pas seulement pour des motos sport/touring mais aussi pour une large gamme de motos puissantes, des roadsters aux roadtrails, ainsi que pour des modèles classiques sans carénage » explique Patrick Omont directeur de la recherche et du développement au sein de la division moto et des sports mécaniques Dunlop EMEA.

 Avant

Dunlop fait toujours confiance au mono-gomme pour l’avant et à la technologie Multi-tread (le multi-gomme maison) pour l’arrière mais fait évoluer ses mélanges avec de nouveaux polymères notamment un nouveau type de silice et des particules ultra-fines de noir de carbone…

 Arrière

Côté look, Dunlop propose un design proche de la première génération afin de pouvoir surfer sur le succès bien établi de son ainé.

ATTENTION AUX PLAQUES DE MOUSSE

C’est sur un tracé plus propice à la culture du riz qu’à la conduite moto (7 mm d’eau constants) que le manufacturier nous invite à faire des tours de piste avec une Honda CB 1000R chaussée tour à tour d’un Michelin Pilot Road 3 (PR3) et d’un Dunlop RoadSmart 2 (RS2) histoire de voir ce que vaut la nouveauté face au champion frenchy des routes détrempées.

6 tours en alternance pour chaque chausson permettent de montrer ses capacités en montée, descente, épingle et grandes courbes… au final il m’est impossible de dire lequel est le mieux.

Incapable de donner une hiérarchie tellement le niveau est élevé… très bon point donc pour le nouveau venu qui se montre aussi efficace et rassurant que qualitatif PR3.

Finies les pistes à guet, le staff Dunlop nous propose de faire des ronds sur une GSX-R 750… et ici « rond » n’est pas une image puisqu’il s’agit tout simplement d’une sorte de gros rond point… sans sortie.

Michelin PR3, Bridgestone BT 023 et Dunlop RS2 useront les flancs à 65 km/ h puis à 110 km/ h sur l’anneau mirevalais (notons que tous ont droit à une pression égale à savoir 2,5 bars pour l’avant et 2,9 bars pour l’arrière). Exercices difficiles et feeling bien compliqué à ressentir car instinctivement on compense avec le corps pour pallier aux réactions de chaque pneumatique…

La solution: monter derrière un testeur qui lâchera les mains en courbe… histoire de ne pas influer sur le résultat. Là où le premier des trois « tombe » du fait de sa forme même et/ou (?) de sa construction, le second commence à engager puis s’arrête tandis que le dernier garde son gîte.

Ne pensez pas pour autant que le Michelin soit à la traine, il s’oriente simplement vers un segment plus « city » que « pistard », pour preuve sa facilité et le sentiment de légèreté à basse vitesse ou lors des différentes manœuvres à allure moins soutenue favorisant un angle moins prononcé.

DE LA ROUTE À LA PISTE

Réel sport/touring, le nouveau Dunlop accepte les différents exercices sans difficultés. Sportive, routière ou hypermotard, le RS2 se veut polyvalent. Rapide à monter en température (même si le soleil présent joue en sa faveur) ainsi qu’à prendre en main, le gommard sait mettre rapidement le motard en confiance. Sans être un champion de l’agilité lors de gymkhanas entre les files de voitures, le chausson devient de plus en plus vif avec l’augmentation du rythme jusqu’à devenir agréablement « pétillant », voire incisif en conduite musclée.

Stable, offrant un excellent grip de l’arrière avec une bonne transmission de la puissance au sol, il se montre homogène et équilibré quel que soit le revêtement. Précis, confortable sans pour autant arriver au niveau du PR3, le Dunlop gagne réellement en agilité par rapport à la première version pour notre plus grand plaisir au quotidien.

La force de cette nouveauté est sans conteste son homogénéité et sa bonne transmission de la route au guidon, et sur piste, comment se comporte-t-il ? Bien, acceptant les changements rapides d’angle, le second opus du RS garde la trajectoire souhaitée sans être récalcitrant. La stabilité lors des freinages reste de mise au même titre que la transmission de la puissance plus qu’honorable pour cette gamme… bref de quoi vous donner satisfaction lors des excursions épisodiques sur pistes. Rien à dire, l’évolution est une réussite qui risque fort encore de gagner du comparo…





 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  •  Sur le même
    thème
     
  •  Tags associés 
Essai Dunlop RoadSmart 2: tout en homogénéité
Lancé en 2007, le plus vieux pneu de la gamme Dunlop, le RoadSmart, est aujourd’hui remanié. Nous avons pu tester la…
Essai Dunlop RoadSmart 3 (III): l'homogénéité se nomme RS3
Cinq ans après la seconde version (2011), Dunlop présente son nouveau RoadSmart. Pour la première fois un pneu hérite…
Essai (longue durée) Dunlop RoadSmart 2: un comportement à l'épreuve des bornes
Bête de concours, le RoadSmart 2 est un pneu sport/ touring capable de tout faire. Qu’en est-il les kilomètres passant ?…
Nouveauté Dunlop : un bi-gomme nommé Sportmax Roadsmart
Après le Sportmax GP pour la piste, voici le nouveau venu des pneus Dunlop : le Sportmax Roadsmart. Ce bi gomme, qui se …

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



 COMMENTAIRES :
Essai Dunlop RoadSmart 2: compétiteur né

Yes du made in Montluçon

posté par seb - 2012-02-27@18:37

RÉAGIR :

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Recopier le code ci dessous dans la zone de saisie



A la une : Articles les plus commentés

Nouveauté - Victory : une stratégie exactement contraire à Harley-Davidson

Par André Lecondé  le Mercredi 24 août 2016 | 1 commentaire(s)

Le contraste est saisissant. Au moment où Harley-Davidson révèle ses nouveautés d’abord tournées vers un nouveau moteur à grosse cylindrée, son rival direct Victory communique sur une baisse du cubage de ses moteurs. Normes antipollution oblige. Qui a raison ? L’Euro IV et ses impératifs creuse la tombe des gros cubes se gavant d’air aux sons intimidants. A tel point d’ailleurs qu’on ‘est plus loin de la fosse commune. Tant qu’on y est, cette réglementation peut être assimilée à la météorite… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Nouveauté - MV Agusta: la Zagato prête à être servie

Par André Lecondé  le Vendredi 26 août 2016 | 1 commentaire(s)

On l’attendait pour début septembre mais la voilà déjà sur le compte twitter de la marque. La F4Z pour Zagato, ce n’est pas de la tarte et elle peut se revendiquer comme la crème des sportives. Du moins du côté de l’esthétique. Les choses bougent du côté de MV Agusta. Le plat de résistance sera l’annonce de nouveaux investisseurs en lieu et place de Mercedes AMG mais le dessert est déjà servi avec la Zagato. Le nom du prestigieux carrossier automobile italien fait une entrée fracassante dans… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Championnat du Monde d'Endurance 2016: 15ème titre pour le SERT... sans aucune victoire
Tags : Endurance

Par Alexandre Hubner-Loriol   le Dimanche 28 août 2016 | 1 commentaire(s)

On annonçait les 8 Heures d’Oschersleben sous haute tension avec suspens et coups de théâtre… la finale du championnat du Monde d’Endurance a tenu toutes ses promesses… Même si le GMT94 s’est imposé devant le SERT avec 21 secondes de mieux ça ne sera pas suffisant pour reprendre la couronne à la Suzuki officielle qui s’en empare une nouvelle fois. La quinzième ! Chapeau bas. Une saison difficile pour les hommes de Méliand qui s’imposent sans avoir rien gagné. Sans victoire, avec un petit point … | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Essai Kawasaki Ninja H2 2016 : au-delà des apparences

Par Pauline Rachwal  le Jeudi 25 août 2016 | réagir ?

Il y a parfois dans la vie d’un journaliste des moments où tout ce que l’on croit savoir sur son métier est remis en cause. Des moments où l’objectivité ne peut pas se dissocier d’une part de subjectivité. Et ils sont assez rares pour être mentionnés. Il y a presque 2 ans maintenant, Kawasaki annonçait une révolution dans le monde de l’hypersport grand public et présentait au salon de Milan la H2R, une machine de plus de 300 chevaux et sa version « Legal Street », la H2, qui n’affiche « que »… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

MotoGP - République Tchèque : la question des pneus

Par André Lecondé  le Mardi 23 août 2016 | réagir ?

Ce Grand Prix de la République Tchèque aura été marqué par le choix Cornélien des pneumatiques sur une piste d’abord humide puis allant vers le séchant. Le vainqueur a montré que les gommes dures étaient la solution et avaient une bonne tenue. Les autres en tendre en ont été pour leur frais. Mais pas seulement… Car avoir des baisses de performance c’est une chose. Mais voir son pneu avant partir en lambeau, en est une autre. C’est ce qui est arrivé à Dovizioso, Lorenzo, Smith, Redding ou encore … | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .






Suivez Caradisiac
Caradisiac sur Facebook Caradisiac sur Twitter Caradisiac sur Google+ Abonnement aux flux RSS

Vos commentaires

«  Août  2016 
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

Marques

[ + de marques ]

Catégorie

[ + de catégories ]

Cylindrée

[ + de cylindrées ]

Thèmes

[ + de thématiques ]

Loisirs

[ + de loisirs ]

Modèles

[ + de modèles ]

Accessoires

[ + d'accessoires ]

Sport moto

[ + de sport moto ]


Services
Assurance motoCrédit Moto

Vente Moto
Vente Moto