Dossier Pneu: de quoi mettre la gomme... quel que soit le type de moto

Par Alexandre Hubner-Loriol - le Vendredi 27 avril 2012 | 2 commentaire(s)


Dossier Pneu: de quoi mettre la gomme... quel que soit le type de moto
 

1. Dossier pneu: le bon profil pour la bonne utilisation

Les pneus sont l’un des points (pour ne pas dire LE point) qui a le plus évolué ces dernières années… quel que soit le segment d’utilisation. Toujours ronds, le plus souvent noirs ils sont notre unique contact (enfin, espérons-le) avec le sol. Voici de quoi mettre la gomme, catégorie par catégorie, en évitant les mauvaises surprises…

Avec comme seul dénominateur commun le fait d’être homologués, les pneus se divisent en 8 grandes catégories (nous ne parlerons pas aujourd’hui des versions TT). Notre but n’est pas de vous énumérer la production actuelle en la classant marque par marque mais plutôt de vous aider à vous y retrouver que vous optiez pour un gommard Avon, Bridgestone, Continental, Dunlop, Metzeler, Michelin ou Pirelli. Bien entendu d’autres manufacturiers comme Golden Tyre ou Goldspeed existent pour certaines catégories de machines mais hélas ils brillent plus par leur absence de distribution que par leurs qualités dynamiques. Nous les exclurons donc…

UN PNEU POUR CHAQUE USAGE

Tout comme les motos, les pneus sont fait pour une utilisation particulière. Bien entendu vous pouvez utiliser des chaussons racing pour un roulage uniquement routier en faisant fi de leur usure prématurée mais il sera plus difficile d’emmener des gommes basiques faire quelque ronds sur piste sans prendre le risque de terminer dans les graviers… Plus ou moins tendres, capables de vous emmener en balade tout en évitant les pièges dissimulés par la route, acceptant les excursions sur chemin non carrossé ou profil de bodybuilder aux dimensions hors normes, le seul point commun de ces champions des comparos ou de ces outsiders en manque de reconnaissance est leur couleur. Explications.

CUSTOM: Hors catégorie les custom et leur carcasse si particulière. Capable de résister au poids XXL des machines tout en affirmant un caractère plus ou moins sportif, ils conviendront en fonction du modèle à des motos plus ou moins puissantes tout en offrant une bonne résistance aux bornes.
 Côté tarif le prix s’échelonne entre les 200 et 350 euros.

MIXTE: Encore à part, les mixtes sont quant à eux capables de rouler sur le bitume mais aussi de faire quelques excursions sur terre si toutefois cette dernière n’est pas accidentée. Loin d’être ridicules sur l’une ou l’autre des surfaces, ils ne rechigneront pas aux rythmes endiablés sans pour autant vous le faire payer côté espérance de vie.

Capable de rouler en ville, sur route et en forêt, les fabricants choisiront de les rendre plus ou moins à l’aise sur tel ou tel support en fonction de leur mélange de caoutchouc et de leur rainurage.
 Prévoyez entre 180 et 250 euros selon votre choix.

SUPERMOTARD: Le parent pauvre du pneu est à coup sûr le supermotard. Peu de fabricants développent une gamme spécifique pour ce type de machine mais certains comme Dunlop et son célèbre Mutant ou Continental avec son ContiAttack SM sont spécialement conçus pour cette discipline. Ne vous prenez pas trop la tête, chaque marque aura dans sa gamme au moins 2 trains susceptibles de correspondre au SM. Ils doivent avoir impérativement une carcasse souple adaptée au faible poids de la moto. Attention quand même à respecter la largeur préconisée (en fonction de la largeur de votre jante arrière) évitant les mauvaises surprises…
 Côté prix, difficile à chiffrer tellement le panel proposé est important mais pour faire une fourchette comptez entre 270 et 390 euros pour les plus racing…

BASIQUE: Les "roulent toujours" ou « basique » sont les increvables de la gamme quelle que soit la marque. Polyvalents, progressifs, confortables, stables, ils ne brillent pas par leurs prouesses techniques mais plutôt par leur durée de vie et leur capacité à prendre la route quelles que soient les conditions d’Evelyne Dhéliat. Généralement riche d’un chapelet de dimensions touchant la grande majorité de la production jusqu’aux moyennes cylindrées (actuelles et classiques), ils préserveront votre portefeuille. Attention cependant à ne pas leur en demander trop, faute de quoi Newton reprendra ses droits…
 Prix : entre 150 et 200 euros.

SPORT/ TOURING: Les sport/ touring reçoivent toute l’attention des manufacturiers qui n’hésitent plus à proposer des gommards ultra techniques mixant longévité plus honorable et vraie performance routière. Ils deviennent de plus de plus en plus performants sur sol mouillé grâce à une technologie de plus en plus poussée qui fait appel désormais depuis quelques temps au composé bi-gomme réservé par le passé aux catégories plus sportives... Pouvant être agiles en ville, marathoniens sur autoroute tout en gardant le tempo lorsque le rythme s’affole, ils seront un allié fidèle pour ceux qui roulent en mode touring sans vouloir faire une croix pour autant sur le plaisir…
 Pour un train comptez entre 230 et 300 euros.

SPORT: La plus routière des enveloppes sportives vous permettra sans problème de prendre du plaisir sur les différents circuits autour de chez vous. Avec un potentiel bien supérieur à ce qui est nécessaire sur route sans pourtant être assimilé à de la colle, elle opte pour une durée de vie correcte (sans pourtant égaler celle des sport/ touring) sans trop craindre les rencontres avec la pluie… En clair ce que vous perdez en bornes, vous le gagnez en adhérence. Il y aura donc de quoi faire sans être déçu, ni ruiné à chaque sortie si toutefois vous lui laissez le temps de bien monter en température.
 Les tarifs varient entre 230 et 320 euros.

SUPERSPORT: Capables de véritables prouesses en courbe, en traction et lors des prises de freins, les gammes Supersport savent tout faire sauf des économies.

Composé muli-zone, mise en température record, ces gommes à l’ADN de MotoGP ont un dessin qui s’oriente plus vers le slick que vers le gommard routier.

Leurs trucs à elles se sont les virolos et les poignées vissées en coin… Reste le rapport prix/ kilomètre qui pique un peu les yeux… mais que voulez-vous, les sensations répondent présent avec la bave aux lèvres et tout et tout…
 Prix : de 260 à 340 euros.

TRACK DAY: Si vous cherchez l'artillerie lourde capable de prises d’angle démoniaques, de performances réservées aux pilotes bref si vous cherchez du tendre, de la maniabilité, de la glue et tant pis pour la durée de vie même si cette fois elle se compte plus en nombre de sorties qu’en kilomètres effectués, c’est vers les gammes Track Day qu’il faudra se tourner.

Déferlante de technologie, ce sont les superbes tracés que ces pneus vous réclament à corps et à cri même s'ils accepteront les « balades » routières du fait de leur homologation !
 Parlons argent. Comptez 280 à 400 euros pour l’ensemble.

ARGENT

Pour vous indiquer les différents tarifs nous avons appelé 2 grosses enseignes et un indépendant dans la partie nord, centre et sud de la France et ce pour chaque marque de chaque modèle de chaque gamme (oui, ça fait des appels tout ça...). Nous en avons fait une moyenne.

Alors pourquoi une telle différence tarifaire? Déjà parce que les prix sont libres en France, le revendeur peut donc imputer la marge qui lui semble bonne mais aussi parce que certains pneus sont plus chers que d'autres en fonction de leur coût de développement, s'ils sont une évolution de la version précédente ou une "vraie" nouveauté etc...

QUEL QUE SOIT VOTRE PROFIL, GARDEZ LA PRESSION

Divisés en deux grandes catégories, « pointue » et « ronde », les pneumatiques moto ont un caractère différent. Engageant et vif pour les premiers, plus prévenants pour les seconds. Mais quel que soit votre choix préférez la taille préconisée par le constructeur à une plus flatteuse à la terrasse d’un café.

Le temps passant, l’air emmagasiné dans vos tubeless ne fera que diminuer pensez donc à vérifier leur pression. Cette dernière se fait à froid (à chaud la pression sera supérieure de 0,2 à 0,3 bar) et doit se faire au moins une fois par mois, histoire de ne pas rouler sur une moto au comportement « zarbi » comme disent les d’jeuns.

Sachez que 0,4 bar font varier réellement les réactions de votre brêle tant en ligne droite, qu’en virage ou en freinage. Le comportement de votre machine en sous-pression pourrait même être assimilé à des suspensions en bout de course. Avant de remettre en cause vos réglages ou de déglinguer votre compte en banque en amortisseurs et autres kits fourche, faites la pression de vos pneus…

Pour se la jouer simple, rouler en sous-pression fait surchauffer le gommard ce qui a tendance à raccourcir sa durée de vie. Au guidon la moto sera plus pataude et plus difficile à inscrire en virage. Sans parler de la pluie qui aura tendance à moins bien s’évacuer (du fait d’un rainurage refermé). L’inverse n’est pas bon non plus.

Outre le manque de feeling une sur-pression diminue l’empreinte au sol, amoindrissant le grip du pneu. La moto aura donc tendance à rebondir et à glisser…

Ne jouez pas les apprentis sorciers ni sur route ni sur piste et évitez de tomber dans les légendes urbaines : « le frère de mon voisin connaît une fille dont le frère est le cousin d’un mec qui fait de la piste… et ben, ce mec, il lui a dit qu’il fallait mettre en pression… » STOPPPPPPPPPPP ! Des ingénieurs ont fait des années d’étude en développement, faites leur confiance, ils savent de quoi ils parlent. Mais puisqu’il faut donner des chiffres, ça fait plus sérieux, sachez que sur circuit la pression devrait être inférieure d’environ 0,3 bar (en moyenne… ) par temps sec…





 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  •  Sur le même
    thème
     
  •  Tags associés 
Partir en vadrouille : Avec quel type de moto !?
Si l’envie de voyager est plus forte que tout, pas grand-chose ne pourra vous empêcher de le faire et encore moins la …
Reportage: Suzuki vérifiait votre moto quel que soit son âge... et vous?
Mesures Zapa (restriction de circulation des anciennes en vue de réduire les émissions polluantes), tentative de …
Pneu: Dafy met la gomme sur les grandes marques
Il est clair que les tarifs proposés sur la toile sont plus intéressants et stimulants que ceux présentés en magasin. …
Supermotard et piste : quel pneu choisir ?
Certains font de la piste avec des supermotards. Mais il est vrai que c'est pas toujours évident de savoir quel type de …

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



 COMMENTAIRES :
Dossier Pneu: de quoi mettre la gomme... quel que soit le type de moto

Merci Caradisiac pour ces bons conseils

posté par anonyme - 2012-04-27@15:16
Dossier Pneu: de quoi mettre la gomme... quel que soit le type de moto

pour la piste, la pression des pneus recommandée est : 2.1 à l'avant  et 1.9 à l'arrière.

posté par Deran - 2012-04-30@21:38

RÉAGIR :

Titre :

Texte de votre message :

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Recopier le code ci dessous dans la zone de saisie



A la une : Articles les plus commentés

Moto GP – Grand Prix de Malaisie : petit à petit Valentino refait son nid

Par André Lecondé  le Dimanche 26 octobre 2014 | 20 commentaire(s)

C'est en homme heureux que Valentino Rossi termine sa tournée outre-mer. Une victoire à Phillip Island suivie de cette seconde place en Malaisie font de lui le favori pour la place de vice-champion du monde. Dani Pedrosa éliminé, c'est aussi ma position de leader chez Yamaha qui est en jeu. Peut être le véritable challenge qu'est en passe de perdre un Jorge Lorenzo à présent relégué à douze points à un Grand Prix de la fin. Valentino Rossi : « Je suis très content de cette deuxième place. C'est … | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Moto GP – Les engagés 2015 : deux Français dans chaque catégorie

Par André Lecondé  le Vendredi 24 octobre 2014 | 6 commentaire(s)

La liste des engagés pour la saison 2015 en Grand Prix est tombée. Certes, elle n'est que provisoire, mais on constate avec satisfaction que tant en Moto 3 qu'en Moto 2 et, même, en Moto GP, il y aura deux Français en lice. Loris Baz et Mike Di Meglio seront en effet sur la grille de départ de l'élite. Le premier venu du Superbike sera sur une Yamaha Forward version Open et sera l'équipier de Stefan Bradl alors que le second sera sur une Ducati dans le team Avintia Blusens. Comme cette année,… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Moto GP – Grand Prix de Malaisie : Jorge Lorenzo a eu très chaud

Par André Lecondé  le Dimanche 26 octobre 2014 | 3 commentaire(s)

Un pneu trop dur, un niveau physique trop mou, Jorge Lorenzo a souffert durant un Grand Prix de Malaisie qui lui offre la troisième place du podium. Mais qui creuse aussi un peu plus l'écart au championnat avec son équipier Valentino Rossi. De fait, le bilan de Sepang n'est pas positif pour le Majorquin. Jorge Lorenzo : « Les conditions étaient très difficiles, elles l'ont été tout le week-end. Je n'avais jamais eu aussi chaud ici en Malaisie. Je n'étais pas au meilleur de ma forme parce que… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Moto GP – Grand Prix de Malaisie : les records tombent et les pilotes aussi

Par André Lecondé  le Samedi 25 octobre 2014 | 2 commentaire(s)

Cette seconde journée d'un Grand Prix de Malaisie qui jouait les qualifications de ses catégories a été marquée par des chutes. Celles caractérisée par les records à l'image d'un Marc Marquez qui entre dans l'histoire de l'élite comme le seul pilote à pouvoir revendiquer treize positions de pointe en une seule saison. Et ce, alors qu'il reste encore un meeting à consommer, qui pourrait faire passer son score à quatorze. Pour son compte personnel, ce sont cinquante départs au sommet de la grille … | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Moto GP - Honda: Casey Stoner a roulé deux jours au Motegi
Tags : Honda | Moto GP | Stoner

Par André Lecondé  le Jeudi 30 octobre 2014 | 2 commentaire(s)

Honda a fait sortir Casey Stoner de sa retraite pour deux jours d'essai qui n'avaient rien d'une réunion amicale pour se rappeler le bon vieux temps. La version 2015 de la RC213V a été passée à l'expertise de l'Australien tout comme les nouveaux pneus Michelin qui feront leur apparition en 2016. Au final, pas de chronos révélés sur le tracé de Motegi, mais un bilan positif qui servira pour l'avenir : Casey Stoner : « Il m’a fallu un peu de temps pour me réhabituer après avoir passé un an sans… | Lire la suite

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .






Suivez Caradisiac
Caradisiac sur Facebook Caradisiac sur Twitter Caradisiac sur Google+ Abonnement aux flux RSS

Vos commentaires

«  Octobre  2014 
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

Marques

[ + de marques ]

Catégorie

[ + de catégories ]

Cylindrée

[ + de cylindrées ]

Thèmes

[ + de thématiques ]

Loisirs

[ + de loisirs ]

Modèles

[ + de modèles ]

Accessoires

[ + d'accessoires ]

Sport moto

[ + de sport moto ]


Services
Assurance motoCrédit Moto

Vente Moto
Vente Moto